Le kangourou

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Australie

Les marsupiaux

• Il en existe environ 300 espèces: du kangourou, au koala, en passant par le diable de Tasmanie
• Ils vivent exclusivement en Australie (Tasmanie , Nouvelle Guinée)
• c’est un mammifère puisqu’ils allaitent leurs petits
• ils possèdent une poche ventrale destinée à accueillir les petits après leur naissance.
• Pour le petit clin d’oeil, dans la poche il y a deux tétines, une “lait 1er âge” pour le petit embryon, et une autre “lait 2ème âge” pour le nourrisson un peu plus grand, la maman peut donc abriter deux petits en même temps dans sa poche et en avoir un autre en gestation….
• Et, le koala est le seul à avoir sa poche à l’envers (qui s’ouvre vers le bas).

Le plus emblématique de l’Australie: Le Kangourou

Les 4 espèces principales de kangourou

  • Le kangourou géant : contrairement à ce que son nom indique, le kangourou géant n’est pas le plus grand de tous. Il peut atteindre les 1,80 m pour 60 kg et est reconnaissable à son pelage gris et son ventre blanc.
  • Le kangourou gris : on pourrait facilement confondre le kangourou gris avec le kangourou géant à cause de leur couleur. Il peut atteindre 1,40 m de hauteur pour 54 kg.
  • Le kangourou roux : Il tient son nom de sa couleur. C’est lui le plus imposant de tous, avec ses 1,80 m pour 90 kg et sa queue surpuissante.
  • Le kangourou antilope : le plus petit des quatre, avec son 1,20 m pour 37 kg. Le mâle est roux et la femelle grise.

Comment fonctionne la poche du kangourou ?

Il faut déjà savoir que les mâles n’ont pas de poche. Les femelles, elles, en ont, car c’est ce repli de peau qui couvre leurs mamelles et abrite leur petit. Les mères donnent naissance à un tout petit bébé à peine formé, après 30 jours de gestation. L’embryon d’environ 2 cm quitte alors l’utérus pour se hisser jusque dans la poche maternelle, où il pourra continuer à se développer et se nourrir. Le bébé ne quittera la poche que vers 9 mois, mais y retournera immédiatement en cas de danger. Il sera en revanche trop grand pour s’y nicher à partir de ses 11 mois environ.

A noter que la femelle peut différer le développement d’un embryon jusqu’à ce que le petit qu’elle est en train d’élever soit trop grand pour retourner dans sa poche ventrale. C’est notamment le cas lors de périodes de sécheresse.

Un animal redoutable

Ils ont beau sembler adorables, les kangourous n’en sont pas moins des animaux sauvages, capables de se défendre, ou d’attaquer. Lors de la saison des amours, il ne vaut mieux pas s’approcher des mâles, très agressifs, au risque de vous faire attaquer. Adeptes des combats de boxe pour se départager, ces messieurs prennent appui sur leur puissante queue afin de se frapper avec leurs pattes arrières.

Autre stratégie adoptée par ce marsupial : la noyade. Grâce à sa haute taille et ses qualités de nageur, le kangourou attire ses prédateurs dans un point d’eau où ceux-ci n’auront pas pied. Il leur enfonce ensuite la tête sous l’eau, les empêchant de respirer.

Des sauts spectaculaires

Les kangourous sont capables de bondir très haut, et très loin, grâce à leur morphologie : des petites pattes avant, des pattes arrières très puissantes, et une queue qui sert de cinquième patte, également très musclée. En tant normal, ces marsupiaux peuvent faire des bonds de 1,90 m de long et atteindre les 25 km/h. Mais ces chiffres augmentent drastiquement en cas de danger. Les kangourous peuvent alors faire des sauts de plus de 3 m de haut, de plus de 9 m de long, pour 80 km/h.

 

Images liées: